Par deux fois en quelques jours, l’Agence nationale des fréquences (ANFR) a annoncé, par voie de communiqués, avoir demandé à la société finlandaise HMD GLOBAL OY qui fabrique les smartphones Nokia 5 et Nokia 3, une mise à jour obligatoire suite à des contrôles ayant révélé des dépassements importants pour le Débit d’absorption spécifique (DAS) « tronc ».

Un première fois le 5 avril 2019 pour le Nokia 5, suivi d’un nouvel incident révélé le 26 avril 2019. Nous avions d’ailleurs commencé à analyser ces premiers résultats dans un précédent communiqué :

« Les tests du Nokia 5 ont été réalisé par le laboratoire agréé CTC advanced entre le 20 et 27 novembre 2018 montrant des dépassements spécifiques en 3G et 4G. En première analyse, nous sommes pour le moins surpris de la très faible baisse de niveau de DAS réalisé lors de cette mise à jour, passant de 2,24 à 1,81 W/kg. En effet, il existe lors des tests sur le système Dasy une marge connue d’approximation du DAS de plus ou moins 27%. »

Pour le Nokia 3 (TA-1032DS) , il en va de même avec une correction acceptée du DAS « tronc » qui ne tient absolument pas compte de la marge d’approximation.

Nokia 3

Nous avons donc décidé de pousser nos recherches, en utilisant une nouvelle fois la base officielle allemande. Nous nous sommes aperçu, que tout comme le constructeur chinois XIAOMI, les smartphones vendus par le finlandais HMD GLOBAL OY présentaient de nombreuses irrégularités réglementaires.

En commençant par les Nokia 2.1, 3.1, et 5.1, qui selon LaboFnac, ont été commercialisés en France,  à partir de juin 2018 :

« Trois nouveaux smartphones Nokia ont été annoncés lors de la dernière conférence de HMD Global. Les Nokia 2.1, 3.1 et 5.1 arriveront dans le commerce à partir du mois de juin. »

Or, quatre modèles qui présentent des DAS corps « normaux » ont été mis en vente sur le marché européen en utilisant une distance de mesure à 1,5 cm de la peau. Ce que confirme les données présentes sur le site officiel allemand.

HMD Global – Nokia 1 (Type TA-1066) aktuelles Modell0,620,58
(measuring distance: 1,5 cm)
HMD Global – Nokia 2.1 (Type TA-1086) aktuelles Modell0,470,34
(measuring distance: 1,5 cm)
HMD Global – Nokia 3.1 (Type TA-1070) aktuelles Modell0,410,38
(measuring distance: 1,5 cm)
HMD Global – Nokia 5.1 (Type TA-1076) aktuelles Modell0,290,61
(measuring distance: 1,5 cm)

 

La nouvelle réglementation européenne (Directive 2014/53/UE) impose pourtant depuis juin 2016, avec une période transitoire d’un an jusqu’à juin 2017, de mesurer les DAS tronc à une distance de 5mm maximum. Donc la question se pose de savoir, comment trois nouveaux modèles du fabricant HMD GLOBAL OY ont pu être mis sur les marchés en ne respectant pas la réglementation et en permettant une mesure à 1,5 cm.

Cette différence de 1cm a bien évidemment des conséquences sur la mesure réelle du DAS qui va dépasser et de loin la limite réglementaire pour chacun des smartphones concernés. Il y a pour le moins une grave suspicion de tromperie concernant l’information délivrée aux consommateurs.

En poussant, nos recherches, nous avons été tout aussi surpris de constater que le fabricant Finlandais ne respectait pas non plus l’obligation d’information dans ses notices, ni du DAS, ni de la distance de mesure. Ce qui renforce la suspicion de pratiques commerciales trompeuses.

Enfin nous avons constaté que les DAS tronc de 25 modèles inscrits dans la base open Data allemande et mesurés à 5 mm de la peau se situent entre 1.41 et 1,89 W/kg avant contrôles.

Nous avons donc écrit officiellement à l’Agence nationale des fréquences pour demander des explications et à la DGCCRF pour qu’elle diligente une enquête approfondie afin de faire toute la lumière sur les véritables niveaux de DAS des téléphones portables vendus par le constructeur finlandais et sur les graves manquements concernant l’information des utilisateurs.

Ne ratez rien du scandale du Phonegate

Recevez les dernières infos par mail :

Vous êtes inscrit !