Le cabinet d’avocats Beaubourg avocats représenté par Maître Elias Bourran a déposé au parquet de Paris, le vendredi 17 juillet 2020, une plainte collective contre le fabricant chinois de smartphones Xiaomi.

Cette action collective regroupant une soixantaine de plaignants fait suite à la plainte pénale déposée le 15 avril 2019, par l’association Alerte Phonegate et suivie depuis par le Pôle de santé publique du parquet de Paris.

Les plaignants ont acheté et utilisé soit le Xiaomi Redmi Note 5, soit le Mi Mix 2S. Deux smartphones épinglés par l’Agence nationale des fréquences (ANFR) pour un dépassement des niveaux réglementaires de débit d’absorption spécifique (DAS) constaté respectivement pour la tête et le tronc.

Le Xiaomi Redmi Note 5 est le premier smartphone contrôlé officiellement en France et en Europe pour ne pas respecter le seuil d’exposition visant à protéger la santé et la sécurité des utilisateurs aux effets thermiques des ondes émises par l’appareil au niveau de la tête.

Pour Maître Elias Bourran qui représente les plaignants :

« En commercialisant des téléphones portables non conformes, il est reproché à Xiaomi trois infractions : une tromperie d’une part, une pratique commerciale trompeuse d’autre part et enfin une mise en danger de la vie d’autrui. Les victimes se sont regroupées afin de déposer plainte et sollicitent, outre le remboursement du téléphone, des dommages et intérêts. »

De son côté Bruno Aguiar Valadao, directeur général et co-fondateur de V pour Verdict qui a mis sa plateforme d’organisation d’actions collectives judiciaires à disposition de la partie civile de cette plainte :

 » Nous avons pu suivre le « travail de fourmi » réalisé par l’association Alerte Phonegate sur le plan technique et scientifique ainsi que par le cabinet Beaubourg Avocats sur le plan juridique, en faveur de la protection de la santé des utilisateurs de téléphone portable. Nous espérons pour la partie civile que le parquet de Paris soit à la hauteur des enjeux et qu’une information judiciaire soit ouverte dans les meilleurs délais. »

Pour l’association Alerte Phonegate et le Dr Marc Arazi qui sont à l’origine des révélations du scandale en France et à l’international :

« Cette première plainte collective en France montre que des utilisateurs de téléphones portables sont prêts à aller devant les tribunaux pour faire valoir leurs droits à une information fiable et à une protection de leur santé. Elle en augure de nombreuses autres contre des industriels de la téléphonie mobile peu enclins à faire des questions de santé publique leurs priorités, en particulier en vue du développement de la 5G. »

Ne ratez rien du scandale du Phonegate

Recevez les dernières infos par mail :

Vous êtes inscrit !