The French public authorities recognize the urgent need to better protect the health of mobile phone users

Two years, day for day, after the revelation of the scandal, Phonegate Alert has just, not without difficulty, obtained new incontestable proof confirming that the European and French regulations governing the placing on the market of mobile phones does not effectively protect the health of users.

On 27 June 2018, our association was able to obtain from the French Agency for Food, Environmental and Occupational Health & Safety (ANSES) the mission letter entrusted to it on 30 October 2017 by the Director General for Risk Prevention (DGPR) and the Director General for Health (DGS).  This letter was given to us by Mr. Olivier Merckel, Head of the Physical Agents, New Technologies and Major Developments Unit, whom we thank.  For six months, we had been asking Ministers Nicolas Hulot and Angès Buzyn, in vain, for a copy of this extremely important document.

When we read this mission letter, we can easily understand why these Ministers were in no hurry to make it public. Indeed, according to Dr. Arazi, President of  Phonegate Alert, « This is nothing more or less than the first official recognition of a serious failure of European and French regulations that has allowed manufacturers in the sector to put on sale hundreds of millions of mobile phones that present risks to our health, particularly that of our children.”

The DGPR and the DGS are asking ANSES, taking into account its July 2016 recommendation, to « …develop an indicator representative of the real exposure of mobile phone users… you will identify the work to be carried out in order to respond to this recommendation by specifying the method and timetable. These elements may, where appropriate, be taken to the European level… ». This work must be completed by the end of 2018.

 Furthermore, ANSES is asked « …to indicate whether these exceedances of SAR values (NDLR: specific absorption rate) as recorded by ANFR between 2012 and 2016 are likely to cause health effects… » and to study in particular the consequences for children: « … it appears that children may be more exposed than adults… ». This work was to be made available by 31 December 2017, that is, more than 6 months ago!

We are legitimately entitled to publicly ask Ministers Nicolas Hulot and Agnès Buzyn why these requests and the results of the work requested have not been the subject of any official communication and when these elements will finally be made public.

In this context, our request for the recall of more than 250 of the best-selling mobile phone models on the French market, which must either be withdrawn from service by a procedure to be defined, or be the subject of a free software or hardware update by the manufacturer, must be heeded by  the public authorities. We have therefore just launched a petition addressed to the Ministers which will be officially handed to them on 23 September 2018.

Les pouvoirs publics français reconnaissent l’urgence à mieux protéger la santé des utilisateurs de téléphone portable

Deux ans, jour pour jour après la révélation du scandale, Alerte Phonegate vient, non sans difficultés, d’obtenir de nouvelles preuves incontestables confirmant que les réglementations européenne et française encadrant la mise sur le marché des téléphones portables ne protègent pas efficacement la santé des utilisateurs.

Le 27 juin 2018 notre association a pu obtenir de l’Agence sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) la lettre de mission que lui ont confiée, le 30 octobre 2017, le Directeur général de la prévention des risques (DGPR) et la Directeur général de la santé (DGS). Cette lettre nous a été remise par Monsieur Olivier Merckel, chef de l’unité Agents physiques, nouvelles technologies et grands aménagements, que nous remercions. Depuis 6 mois nous réclamions en vain aux ministres Nicolas Hulot et Agnès Buzyn, ce document essentiel.

À la lecture de cette lettre de mission nous comprenons aisément pourquoi ces ministres n’étaient pas pressés de la rendre publique. En effet, pour le Dr Arazi, Président d’Alerte Phonegate « Ce n’est ni plus ni moins que la première reconnaissance officielle d’une grave défaillance des réglementations européenne et française qui a permis aux industriels du secteur de mettre en vente des centaines de millions de téléphones portables sources de risques pour notre santé et, particulièrement, pour celle de nos enfants. »

Le DGPR et le DGS demandent à l’ANSES, en tenant compte de sa recommandation de juillet 2016, de « … développer un indicateur représentatif de l’exposition réelle des utilisateurs de téléphonie mobile … vous identifierez les travaux à conduire afin de répondre à cette recommandation en précisant la méthode et le calendrier. Ces éléments pourront le cas échéant être portés au niveau européen. … » Ces travaux devront être rendus d’ici la fin de l’année 2018.

De plus, il est demandé à l’ANSES « …d’indiquer si ces dépassements de valeurs de DAS (NDLR : débit d’absorption spécifique) tels que relevés par l’ANFR entre 2012 et 2016 sont susceptibles de provoquer des effets sanitaires… » et d’étudier particulièrement les conséquences pour les enfants : « … il apparaît que les enfants peuvent être plus exposés que les adultes … » Ces travaux devaient être rendus… le 31 décembre 2017, soit il y a déjà plus de 6 mois !

Nous sommes légitimement en droit de demander publiquement aux ministres Nicolas Hulot et Agnès Buzyn pourquoi ces demandes et les résultats des travaux demandés en urgence n’ont fait l’objet d’aucune communication officielle et quand ces éléments seront enfin rendus publics.

Dans ce contexte, notre demande de rappel de plus de 250 modèles de téléphones mobiles parmi les plus vendus sur le marché français, qui doivent soit être retirés du parc en service par une procédure à définir, soit faire l’objet d’une mise à jour logicielle ou matérielle gratuite par le fabricant doit être entendue par les pouvoirs publics. Nous venons donc de lancer à leur intention une pétition qui leur sera remise officiellement le 23 septembre 2018.

Support PhoneGate Alert by signing our petition and making a donation

The Phonegate Alert team has just written to the Minister for the Ecological and Inclusive Transition, Mr. Nicholas Hulot, the Minister for Solidarity and Health, Mrs. Agnès Buzyn, and the Minister of Economy and Finance, Mr. Bruno Le Maire, to give them formal notice to act urgently to protect the health and safety of millions of mobile phone users in France and to put an end to the law of silence that the lobbies of this very powerful industry want to impose on us with the complicity of the European authorities.

We are asking the Ministers to recall more than 250 of the best-selling mobile phone models on the French market, which must either be withdrawn from the sector through a free exchange procedure, or be the subject of a free software or hardware update by the manufacturer.

This is a new step in the fight we have been waging over the past few months with the public authorities, government agencies and mobile phone manufacturers.

Your mobilization and support for the association are essential so that we can put all our forces into this crucial battle to defend your right to information on the acute and chronic overexposure suffered from having been exposed to the radiation of our mobile phones for more than 20 years, the consequences to our health, in particular that of children, and our ability to continue our work of investigation and counter-information without risking lawsuits, and perhaps worse, huge fines.

After years of intensive lobbying in the European institutions, the biggest multinational mobile telecommunications companies have achieved their ultimate goal: to prevent NGOs like ours from investigating the toxicity of their products and revealing their disastrous effects on the human health of citizens who are the primary victims.

Since 12 June 2018, multinationals have the legal right to block access to data showing risks to our health of their products, and can sue anyone who would venture to disclose the true levels of exposure of these mobile phones, tablets or other connected objects.  Big multinationals would like to forever prevent the revelation of scandals such as Dieselgate which echoes in all particulars that of Phonegate. Read the article co-written with Master Karsenti and published in the Mediapart guest blog.

The aim of the telephony industry lobby is clear: to ensure by all means at their disposal that the Phonegate scandal will never be known to the general public. And for that, the industrialists have an unstoppable weapon:  the direct ownership or control of most of the major media.

But thanks to you, and the committed citizens of many countries who stand by our side, we will resist!

► After a fierce battle of nearly two years with the National Frequencies Agency (ANFR), which is in charge of controlling mobile phones on the French market, we had the Agency make public the results of very important tests indicating the brands and models exceeding the regulatory exposure thresholds that the Agency wanted to keep secret.  We obliged the Agency to be totally transparent by setting up a dedicated data site where any consumer can access the real level of his exposure.

►Just recently, following our action with the public authorities, we have taken an important step forward by having the first mobile phones removed from the French market, through free exchange for users, as well as updates for three other mobile phones. Watch Dr Arazi’s interview by journalist Jean-Jacques Bourdin.

► We are directly involved in raising awareness of Phonegate’s public health issues among international scientific bodies, by testifying in the United States before the U.S federal health agency of the National Toxicology Program in March 2018, and by writing to the Chairman of the U.S. Federal Communications Commission (FCC) to request an urgent change to the regulations governing the placing on the market of mobile devices in the United States.

► We are bringing together on an international level, an advisory committee of scientists on this subject and are approaching associations of independent scientists and civil society organizations.

► We are carrying out campaigns targeting journalists all over the world, which have made the Phonegate scandal known in more than 20 countries.

► We have launched a first wave of alert and mobilization on a national scale, to warn citizens of the dangers of keeping their mobile phone in contact with the body.

► We have participated with the #StopSecretdAffaires collective in a major media alert campaign on the risks to freedom of information.

► We are assembling a team of specialized lawyers and jurists to identify the judicial means to launch legal actions on a large scale in France, Europe and internationally, in order to force the public authorities to act.  We are also launching group actions to enable each affected consumer to be heard and have his or her damages remedied.

We are one of the rare associations to fight, in a free and independent way, with no financial or corporate interests, to ensure the defense of citizens and not to cede to the power of big multinationals which decide that they can make the rules and favor the dominance of their devices over our health and that of our children – and this without being accountable to anyone, protected by regulations made to measure.

Your support is essential to enable Phonegate Alerte to carry out its daily work of investigating industrial tactics, informing citizens on a large scale, counter-lobbying with the authorities and mobilizing the general public, withdrawing millions of mobile phones that present a high risk to health and supporting millions of sick victims of overexposure to the radiation of our smartphones, electrohypersensitive persons (more than 3 million in France, 300 million worldwide) and millions of people suffering from various pathologies, including the most serious ones, malignant brain tumors (glioblastoma).

I invite you, if you wish, to sign our petition, and to join the donor members of the association, by making a donation of 20 euros, 30 euros, 50 euros or more if you would like, to help Phonegate Alert intensify its actions in the months to come.

We need to assemble all our forces to fight against lobbies and the passivity of the public authorities, to prevent them from imposing the law of silence that would put an end to our work of counter-information on what looks like one of the biggest industrial and health scandals of the 21st century.

All help is welcome to assist us in standing up to lobbies, and guarantee our most basic rights in the future to be informed about the mobile phones, tablets, and other connected objects that we use daily and give to our children, and their impact on our health.

Thank you in advance for your commitment and support.

Yours sincerely,

Dr. Marc Arazi

President

Soutenez Alerte PhoneGate en signant notre pétition et en faisant un don

L’équipe d’Alerte Phonegate vient d’écrire au Ministre de la Transition écologique et solidaire, Monsieur Nicolas Hulot, à la Ministre des Solidarités et de la Santé, Madame Agnès Buzyn et au Ministre de l’Economie et des Finances, Monsieur Bruno Le Maire, pour les mettre en demeure d’agir urgemment afin de protéger la santé et la sécurité des millions d’utilisateurs de téléphones mobiles en France et de mettre fin à la loi du silence que les lobbies de cette industrie surpuissante veulent nous imposer, et ceci avec la complicité des autorités européennes.

Nous leur demandons le rappel de plus de 250 modèles de téléphones mobiles parmi les plus vendus sur le marché français, qui doivent soit être retirés du parc en activité par une procédure d’échange gratuit, soit faire l’objet d’une mise à jour logicielle ou matérielle gratuite par le fabricant.

C’est une nouvelle étape dans le combat que nous menons ces derniers mois pieds à pieds avec les pouvoirs publics, les agences gouvernementales et les industriels de la téléphonie mobile.

Votre mobilisation et votre soutien à l’association sont essentiels pour que nous puissions  mettre toutes nos forces dans cette bataille cruciale pour défendre votre droit à l’information concernant la surexposition aiguë et chronique subie par les ondes de nos téléphones portables depuis plus de 20 ans, leurs conséquences sur notre santé et en particulier celle des enfants, et notre capacité à continuer notre travail d’enquête et de contre-information sans risquer des procès, et peut-être pire des amendes faramineuses…

Après des années de lobbying intensif auprès des institutions européennes, les plus grandes multinationales de radio télécommunications sont  parvenues à leur but ultime : empêcher les ONG comme la nôtre d’enquêter sur la toxicité de leurs produits, et de révéler leurs effets désastreux sur la santé humaine, aux citoyens qui en sont pourtant les premières victimes.

Depuis le 12 juin 2018, elles ont légalement le droit de bloquer l’accès aux données faisant état de risques pour notre santé liés à leurs produits, et pourront attaquer en justice toute personne qui se risquerait à faire connaître les véritables niveaux d’exposition de ces téléphones mobiles, tablettes, ou objets connectés.  Les grandes multinationales voudraient empêcher à tout jamais la révélation de scandales comme celui du Dieselgate qui fait pourtant écho en tous points à celui du Phonegate. Lire la tribune coécrite avec Maître Karsenti et publié dans le blog des invités de Mediapart

Le but du lobby des industriels de la téléphonie est clair : s’assurer par tous les moyens à leur disposition, que le scandale du Phonegate ne sera jamais connu du grand public. Et pour cela, ce lobby dispose d’une arme imparable, le fait que ces industriels possèdent directement ou contrôlent une majorité des grands médias.

Mais grâce à vous, et aux citoyens de nombreuses nationalités engagés à nos côtés, nous résistons !

► Nous avons après un long bras de fer de près de deux ans avec l’Agence nationale des fréquences (ANFR) qui a en charge le contrôle des téléphones portables sur le marché français, obligé celle-ci à rendre publics des tests très importants indiquant les modèles et les marques qui dépassent les seuils réglementaires d’exposition que l’agence voulait garder secrets. Nous les avons obligé à les rendre publics et à faire preuve de transparence en  mettant en place un site de données dédié ou tout consommateur peut accéder au niveau réel de son exposition.


► Nous avons obtenu, tout récemment et suite à notre action auprès des pouvoirs publics, une importante avancée, en faisant retirer les premiers téléphones portables du marché français, par le biais d’échange gratuit pour les utilisateurs, ainsi que des mises à jour pour trois autres téléphones portables. Voir l’interview du Dr Arazi par le journaliste Jean-Jacques Bourdin

► Nous participons directement à faire connaître les enjeux de santé publique du Phonegate au niveau des instances scientifiques internationales, en témoignant aux USA devant l’Agence fédérale américaine de santé du National Toxicology Program en mars 2018, ou en écrivant au Président de la FCC pour lui demander une modification urgente de la réglementation qui encadre la mise sur le marché américain

►  Nous regroupons à l’échelon international dans un comité, des scientifiques de référence sur ce sujet, nous nous rapprochons aussi des associations de scientifiques indépendants, ainsi que  des organisations de la société civile.

► Nous menons des campagnes d’information auprès des journalistes du monde entier, ce qui a permis de faire connaître le scandale du Phonegate dans plus d’une vingtaine de pays.

► Nous avons lancé une première vague d’alerte et de mobilisation à l’échelle nationale, pour avertir les citoyens des dangers de garder son téléphone portable au contact du corps.

► Nous avons participé avec le collectif #StopSecretdAffaires à une grande campagne d’alerte dans les médias sur les risques portés à la liberté d’informer

► Nous rassemblons une équipe d’avocats et de juristes spécialisés, pour trouver les moyens juridiques de lancer des actions juridiques à grande échelle, en France, en Europe, mais aussi à l’International afin d’obliger les pouvoirs publics à agir mais aussi à lancer des actions de groupe pour permettre à chaque consommateur affecté de pouvoir se faire entendre et de se voir réparer ses préjudices

Notre association est l’une des rares à se battre, de façon libre et indépendante car non attachée à des intérêts financiers ou corporatistes, afin d’assurer la défense des citoyens et ne pas céder face à la puissance de grandes multinationales qui décident qu’elles peuvent faire la pluie et le beau temps et privilégier la puissance de leurs appareils à notre santé et celles de nos enfants – et ce sans rendre de comptes à personne couvertes par des réglementations faites sur mesure.

Votre soutien est indispensable pour permettre à Alerte Phonegate de mener au quotidien son travail d’enquête sur les manœuvres des industriels, d’informer des citoyens à grande échelle, de pratiquer le contre-lobbying auprès des autorités, de mobiliser le grand public, de faire retirer des millions de téléphones portables à risques et de soutenir les millions de victimes malades d’une surexposition aux ondes émises par nos smartphones, Electrohypersensibles (plus de 3 millions en France, 300 millions à l’échelle de la planète) et des millions de personnes atteintes de diverses pathologies, dont les plus graves sont les tumeurs malignes du cerveau (glioblastome).

Je me permets de vous inviter, si vous le souhaitez, à signer notre pétition,  et à rejoindre les membres donateurs de l’association, en faisant un don de 20 euros, 30 euros, 50 euros ou plus si vous le voulez, pour aider Alerte Phonegate à intensifier encore ses actions dans les mois à venir.

Nous avons besoin de rassembler toutes nos forces pour lutter contre les lobbies, contre la passivité des pouvoirs publics, pour les empêcher d’imposer la loi du silence qui mettrait un terme à notre travail de contre-information qui s’apparente à l’un des plus grands scandales industriels et sanitaires du 21ème siècle.

Toute aide est la bienvenue, pour nous aider à tenir bon face aux lobbies, et garantir à l’avenir nos droits les plus élémentaires d’être informés sur les smartphones, tablettes, et autres objets connectés que nous utilisons quotidiennement et exposons à nos enfants, ainsi que leur impact sur notre santé à tous.

Merci par avance pour votre engagement et votre soutien.

Bien cordialement,

Dr Marc Arazi

Président

 

Check if your mobile phone presents a risk to your health

During our press conference on Thursday 28 June, Phonegate Alert launched an appeal for the withdrawal from the market and from service in France, Europe and internationally of hundreds of millions of mobile phones that we believe are potentially dangerous to the health of users, particularly that of children.  As a result of this appeal, many people have written us on our Facebook page and our Internet site. 

We are publishing the names of the brands and models concerned.  In order to facilitate reading, we have organized them into three lists, simpler to understand and immediately highlighting the essential elements, including above all, the real level of exposure measured during the tests carried out by the National Frequencies Agency (ANFR).  (The test date is specified.)

The first list of 18 mobile phone models corresponds to those whose radiation is absorbed by human tissue (Specific absorption rate (SAR)) at the level of the trunk, measured at 5 mm from the skin by ANFR:  the presence, for example, of the phone in a shirt pocket or in a bra) exceeds the regulatory threshold of 2 W/kg.

DAS sup à 2W à 5mm PDF

The second list includes 47 mobile phone models whose radiation absorbed by human tissue (SAR measured in contact with the skin) exceeds the regulatory value of 4 W/kg for extremities (when, for example, one uses the phone held in the hand or keeps it in a pants pocket).

DAS sup à 4W kg au contact

The third list includes 161 mobile phone models tested by ANFR in contact with the skin and whose radiation absorbed by human tissue exceeds the regulatory threshold of 2 W/kg for the SAR trunk.

In this regard, it has now been two years since the French Agency for Food, Environmental and Occupational Health & Safety (ANSES) in its report published on 8 July 2016 entitled, “Exposure to Radiofrequencies and Child Health” recommended that the public authorities ensure under all circumstances that the regulatory exposure limit values are enforced, regardless of the mobile emitting devices used and their conditions of use (positioning in contact with the body).”

This list shows that this is not the case and that for the moment, despite the warnings issued by our association as well as those of ANSES, the public authorities have neither informed users of the potential risks to their health, nor taken measures to have these models withdrawn from the market and from service or obtain compliance of the models of these phones offered for sale or used by the public..

DAS TRONC au contact sup à 2 W kg

DAS sup à 2 W kg à 0 mm par marques

What must I do?

Whether your phone is on this list or not (only some mobile phones have been tested by ANFR), the solution to protect yourself and your children and/or your grandchildren, is simple and effective: keep your mobile phone away from your body!

  • Use the loudspeaker and no longer hold your phone against your ear
  • Put the phone in a sack and at the very least, away from your body (in particular, avoid pockets and the bra, a tempting places in the summer period)
  • Don’t sleep with the phone in your bed next to your pillow.
  • Use the hands-free kit (also called pedestrian kit) only for short conversations.

Moreover, given the public health issues linked to this new international health and industrial scandal, we advise you to:

  • Keep all your old mobile phone purchase bills as well those of your mobile phone operators relating to your phone communications
  • Do not put your old mobile phones in the recycling bin as many campaigns encourage you to do. Save them: these will be elements of proof that will be indispensable in case of amicable or contentious proceedings.
  • In case of exchange proposals made by a manufacturer, do not sign any document without having carefully read its contents and especially, the texts written in small print.

Finally, if you are ill and think you are a victim of exposure to the radiation from your mobile phone, do not hesitate to contact us in complete confidentiality.

Vérifiez si votre téléphone portable présente des risques pour votre santé

Lors de notre conférence de presse du jeudi 28 juin, Alerte Phonegate a lancé un appel au retrait du marché et du parc en service, tant en France qu’à l’international, de centaines de millions de téléphones portables que nous pensons potentiellement dangereux pour la santé de leurs utilisateurs et tout particulièrement pour celle des enfants. À la suite de cet appel, de nombreuses personnes nous ont écrit sur notre page Facebook et sur notre site Internet.

Nous publions les noms des marques et des modèles concernés. Pour faciliter leur lecture nous les avons répartis en trois listes, plus simples à comprendre et mettant tout de suite en évidence les éléments essentiels à connaître dont, par-dessus tout, le niveau réel d’exposition mesuré lors du test réalisé par l’Agence nationales des fréquences (ANFR) (la date du test est précisée).

La première liste de 18 modèles de téléphones portables correspond à ceux dont le rayonnement absorbé par du tissu humain (Débit d’absorption spécifique (DAS) au niveau du tronc, mesuré à 5 mm de la peau par l’ANFR : présence, par exemple, du téléphone dans une poche de chemise ou dans un soutien-gorge dépasse le seuil réglementaire de 2 W/kg.

DAS sup à 2W à 5mm PDF

La seconde liste comprend 47 modèles de téléphones portables dont le rayonnement absorbé par du tissu humain (DAS mesuré au contact de la peau) dépasse le niveau réglementaire de 4 W/kg à ne pas dépasser pour les membres (quand, par exemple, on utilise le téléphone mobile tenu en main ou qu’il est dans une poche de pantalon).

DAS sup à 4W kg au contact

La troisième liste comporte 161 modèles de téléphones portables testés par l’ANFR au contact de la peau et dont le rayonnement absorbé par du tissu humain dépasse le seuil réglementaire de 2W/kg pour le DAS tronc.
À ce propos, cela fait maintenant 2 ans que l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES), dans son rapport publié le 8 juillet 2016 et intitulé « Exposition aux radiofréquences et santé des enfants », a recommandé aux pouvoirs publics « … d’assurer en toutes circonstances le respect des valeurs limites d’exposition réglementaires, quels que soient les dispositifs émetteurs mobiles utilisés et leurs conditions d’utilisation (positionnement au contact du corps). »

Cette liste montre qu’il n’en est rien et que pour le moment et malgré l’alerte lancée par notre association et nos mises en garde ainsi que celles de l’ANSES, les pouvoirs publics n’ont ni informés les utilisateurs des risques potentiels pour leur santé ni pris les mesures pour faire retirer ces modèles du marché et du parc en service ou provoquer la mise en conformité des exemplaires de ces téléphones offerts à la vente ou utilisés par le public.

DAS TRONC au contact sup à 2 W kg

Que dois-je faire ?

Que votre téléphone soit présent dans cette liste ou pas (seuls certains téléphones mobiles ont été testés par l’ANFR), la solution pour vous protéger, vous et vos enfants et/ou petits-enfants, est solution simple et efficace : gardez votre téléphone portable à distance du corps !

  • Utilisez le haut-parleur et ne collez plus votre portable à l’oreille.
  • Mettez le téléphone dans un sac et, à tout le moins, à distance de votre corps (éviter en particulier les poches et le soutien-gorge, emplacements tentants en cette période estivale.)
  • Ne dormez pas avec le téléphone dans votre lit, à côté de votre oreiller
  • N’utilisez le kit mains libres (aussi appelé kit piéton) que pour de courtes conversations, ne l’utilisez pas pour écouter de la musique ou regarder un film.

Par ailleurs, vu les enjeux de santé publique liés à ce nouveau scandale sanitaire et industriel international, nous vous conseillons de :

  • Garder toutes vos anciennes factures d’achat de téléphones portables ainsi que celles de vos opérateurs de téléphonie mobile correspondant à vos communications téléphoniques.
  • Ne mettez pas au recyclage vos anciens téléphones mobiles comme plusieurs campagnes vous y incitent. Conservez-les : ce seront des éléments de preuve qui vous seront indispensables en cas de procédure amiable ou contentieuse.
  • En cas de propositions d’échange faite par un constructeur, ne signez aucun document sans avoir lu très attentivement son contenu et tout spécialement les textes écrits en petits caractères.

Pour finir, si vous êtes malade et que vous pensez être victime de l’exposition aux ondes de vos téléphones portables, n’hésitez pas à nous contacter en toute confidentialité.

Appeal for the withdrawal of more than 250 mobile phone models in France, Europe and internationally

Our press briefing was held Thursday 28 June 2018 in Paris.  Dr. Marc Arazi, President of the NGO, Phonegate Alert, together with two members of the scientific committee, Dr. Devra Davis (USA), President of the NGO, the Environmental Health Trust, and Dr. Annie Sasco, former chief of a research unit, at IARC-WHO, called for the withdrawal of millions of mobile phones that present a risk to health, particularly of children.

Dr. Arazi briefly recalled the important steps marking the alert launched in July 2016.  He then presented the association that was recently created on his initiative in March 2018, its international purpose and the composition of the scientific committee, which includes some of the internationally renowned personalities who are studying the potential links between electromagnetic waves and health.

In the context of recognition of the action of Phonegate Alert, on Monday 25 June 2018, Dr. Arazi addressed a well-argued letter to the Ministers Nicolas Hulot, Agnès Buzyn and Bruno Le Maire asking them to urgently take several essential decisions to protect the health of mobile phone users, specifically :

The recall of more than 250 of the best-selling mobile phone models on the French market, which must either be withdrawn from the market by a procedure of free exchange or their software or hardware must be updated by the manufacturer.

Attached, are the list of data from the Open DATA site (https://data.anfr.fr/) of the National Frequencies Agency (ANFR).  They summarize the brands and models of mobile phones tested between 2012 and 2017, presenting, in our opinion, a potential risk to the health of users.  This concerns millions of mobile phones in the hands of French users and hundreds of millions used by people in Europe and in the rest of the world.

Under pressure of our action, the recent withdrawals and updates made by ANFR (Hapi 30 of Orange, Neffos X1 TP902) are certainly a step forward but are totally insufficient and show an unwillingness on the part of the public authorities to seriously address this public health issue:  “the Ministers concerned should not hide behind a “pseudo compliance” for mobile phones at risk that have been sold to users in the context of totally faulty regulation for the sole benefit of industry and to the detriment of our health,” Dr. Arazi emphatically pointed out.

For her part, Dr. Annie Sasco recalled the basis on which IARC correctly classified radiofrequency electromagnetic fields in 2011 as belonging to group 2B, possible carcinogens for humans. Since 2011, new epidemiological studies (Cephalo, CERENAT) have confirmed the increased risk of brain tumors for the most exposed persons (intense use of the phone, long duration in terms of years of use, with an excess risk for people who started using the phone at an early age, and also an excess risk for the most exposed areas of the brain, especially on the side of regular phone use).

In addition, two experimental studies conducted on rats and mice significantly reinforced evidence of carcinogenicity in experimental animals (NTP study of the NIEHS in the United States and the Ramazzini study in Italy). This will allow, after the publication of a crucial study on mobile phones and brain tumors in children, adolescents and young adults, the Mobi-kids study, to ask IARC to reconsider the classification of RF-EMF.

Finally, Dr Devra Davis, President of the Environmental Health Trust, stressed the increased risks for children:

“My research and the work of dozens of other scientists show that sperm is damaged by cell phone radiation. The Cleveland clinic advises men who want to become fathers to take phones out of their pocket. The State of California also says people should keep phones off the body.

“The latest studies conducted by Environmental Health Trust scientist Claudio Fernandez and others confirm that cell phone radiation gets twice as deeply into the brain of a child compared to an adult and 10 times more into the bone marrow.

“Studies that simulate virtual reality with smart phones held in front of the frontal lobe and eyes also show that exposures into a child’s eyes and hippocampus greatly exceed those of an adult. None of these exposures has ever been evaluated for its health impacts.

“A new publication by Claudio Fernandez and EHT colleagues in the journal Environmental Research also confirms that virtual reality using a smart phone releases 20 times more microwave radiation into the critically important hippocampus of the child compared to the adult; this is the part of the brain essential to memory, impulse control, and executive function

“We are placing our children at risk by exposing them to microwave radiation that has never been tested for long-term impacts. Further, this is an experiment with no controls. “The American Academy of pediatrics has issued statements advising parents that no child under the age of two should have any screen time.”

 

[Communiqué] Appel au retrait de plus de 250 modèles de téléphone portable en France, en Europe et à l’International

Notre point de presse s’est tenu le jeudi 28 juin 2018 à Paris. Le Dr Marc Arazi, Président de l’ONG  Alerte Phonegate, entouré de deux membres du comité scientifique, le Dr Devra Davis (USA), présidente de l’ONG  Environmental Health Trust et le Dr Annie Sasco, ancienne directrice d’une  Unité de recherche du CIRC-OMS, y ont lancé un appel pour le retrait de millions de téléphones mobiles à risques pour la santé des utilisateurs et plus particulièrement des enfants.

Le Dr Arazi a brièvement rappelé les étapes importantes qui ont jalonné l’alerte lancée en juillet 2016. Puis il a présenté l’association tout récemment créée à son initiative en mars 2018, son objet à vocation internationale ainsi que la composition du comité scientifique, dans lequel se retrouvent quelques unes des personnalités de renom internationales qui étudient les liens potentiels des ondes électromagnétiques  avec  la santé.

Dans ce contexte de reconnaissance de l’action de notre association,  le Dr Arazi a  écrit de manière argumentée le lundi 25 juin 2018 aux ministres Nicolas Hulot, Agnès Buzyn et Bruno Le Maire afin de leur demander de prendre urgemment plusieurs décisions essentielles pour protéger la santé des utilisateurs de téléphones mobiles, et à savoir tout particulièrement :
Le rappel de plus de 250 modèles de téléphones mobiles parmi les plus vendus sur le marché français, qui doivent soit être retirés du parc en activité par une procédure d’échange gratuit, soit faire l’objet d’une mise à jour logicielle ou matérielle gratuite par le fabricant.

Ci-joint, la liste extraite des données du site Open Data (https://data.anfr.fr/) de l’Agence nationale des fréquences (ANFR). Elles récapitulent les marques et modèles des téléphones portables testés entre 2012 et 2017 qui présentent, selon nous, un risque potentiel pour la santé des utilisateurs. Cela concerne des millions de téléphones portables entre les mains d’utilisateurs français et des centaines de millions de téléphones portables utilisés par les populations de l’Europe et du reste du monde.

Les récents retraits et mises à jour opérés par l’ANFR (Hapi 30 d’Orange, Neffos X1 TP902 ), sous la pression de notre action, sont certes une avancée, mais sont totalement insuffisants et montre de la part des pouvoirs publics une non volonté de se saisir sérieusement de cet enjeu de santé publique : « les ministres concernés ne devraient pas se retrancher derrière une « pseudo conformité » pour des téléphones mobiles à risques qui ont été vendu aux utilisateurs dans le cadre d’une réglementation totalement défaillante au seul profit des industriels et au détriment de notre santé » fait remarquer avec force le Dr Arazi.

De son côté le Dr Annie Sasco a rappelé sur quelles bases le CIRC  avait correctement classifié en 2011 les champs électromagnétiques radiofréquences  comme relevant du groupe 2B des cancérogènes possibles pour l’être humain. Depuis 2011, de nouvelles études épidémiologiques (Céphalo, CERENAT) ont confirmé le risque accru de tumeurs du cerveau pour les personnes les plus exposées (utilisation intense du téléphone, longue durée en termes d’années d’utilisation, avec un sur-risque pour les personnes ayant commencé l’usage du téléphone à un âge précoce, et aussi un sur-risque pour les zones du cerveau les plus exposées, notamment du côté habituel d’utilisation du téléphone).

De plus, deux études expérimentales menées sur des rats et des souris ont considérablement renforcé l’évidence de cancérogénicité chez l’animal  de laboratoire (étude  NTP du NIEHS aux Etats-Unis d’Amérique et étude Ramazzini en Italie). Ceci permettra après la publication d’une étude cruciale sur téléphones mobiles et tumeurs du cerveau chez les enfants, adolescents et adultes jeunes, l’étude Mobi-kids, de demander au CIRC de reconsidérer la classification des RF-CEM…

A la suite, le Dr Devra Davis complète concernant les risques spécifiques pour les enfants et les jeunes : « Mes recherches et les travaux de dizaines d’autres scientifiques montrent que le sperme est endommagé par le rayonnement des téléphones mobiles. La clinique de Cleveland conseille aux hommes qui veulent devenir pères de sortir le téléphone de leur poche. L’État de Californie dit aussi que les gens devraient garder les téléphones hors du corps. ».

Les dernières études menées par Claudio Fernandez, scientifique de l’Environmental Health Trust et d’autres confirment que le rayonnement du téléphone mobile pénètre deux fois plus profondément dans le cerveau d’un enfant que dans celui d’un adulte et dix fois plus dans la moelle osseuse.

Des études qui simulent la réalité virtuelle avec des smartphones tenus devant le lobe frontal et les yeux montrent également que les expositions dans les yeux et l’hippocampe d’un enfant dépassent largement celles d’un adulte. Aucune de ces expositions n’a jamais fait l’objet d’une évaluation de ses effets sur la santé.

Une nouvelle publication de Claudio Fernandez et ses collègues de l’EHT dans la revue Environmental Research confirme également que la réalité virtuelle utilisant un smartphone libère 20 fois plus de rayonnement micro-ondes dans l’hippocampe de l’enfant que dans l’hippocampe de l’adulte ; c’est la partie du cerveau essentielle à la mémoire, au contrôle des impulsions et à la fonction exécutive.

Nous exposons nos enfants à un risque en les exposant à un rayonnement micro-ondes qui n’a jamais été testé pour des impacts à long terme. De plus, il s’agit d’une expérience sans contrôles. L’American Academy of Pediatrics a publié des déclarations informant les parents qu’aucun enfant de moins de deux ans ne devrait passer du temps devant un écran. »